vayetse pluralisme et l'unite

sidra vayetse

"l'unite dans le pluralisme"

par Michel Bensoussan

pour Akadem

1/ Résumé de la Sidra

La Sidra  Vayetsé est peut être l'une des plus belles de la Thorah.

C'est ici que Jacob rêve d'une échelle plantée a terre et qui touche le ciel.

C'est ensuite l'histoire du puits recouvert d'une pierre si lourde qu'il faut réunir tous les bergers de la région pour la soulever, mais que Jacob déplace a lui seul.

C'est surtout le coup de foudre avec Rachel pour qui il travaillera 14 ans chez le fourbe Laban. C'est aussi le mariage forcé avec sa sœur mal aimée, Leah. Le travail long et pénible, de berger en terre d'exil. C'est la naissance de 12 enfants qui formeront, avec Benyamin ,né plus tard, le peuple d'Israël. La Sidra se termine lorsque Jacob et sa famille nombreuse retournent, vingt ans après, en terre de Canaan,  en évitant de justesse la guerre contre Laban venu les poursuivre.

Nous avons la, matière a plusieurs scénarii de livres ou de films palpitants.

Mais il me semble qu'au delà de la valeur littéraire, romanesque, de ces péripéties, notre Sidra est capitale puisqu'elle nous délivre les secrets de la raison d'être du peuple d'Israël qui nait sous nos yeux. Pour essayer d'en étudier quelques uns, je vous propose de nous focaliser sur deux sujets:

2/ la sortie

La première question que je voudrais poser concerne le titre de notre Sidra: Vayetsé

On peut le traduire par "il est sorti". Jacob sort. Il quitte sa ville de Béer Cheva, dans le sud d'Israël et va vers Haran la capitale de Aram, la Mésopotamie du nord,  aujourd'hui en Turquie, pas loin de la frontière syrienne.(document 1)

Le problème, c'est que dans les derniers versets de la Sidra précédente,

Jacob est déjà sorti. Il est même déjà arrivé a Haran. (document 2)

Pourquoi le texte reviens sur cette sortie? Pourquoi aussi avoir donné ce titre, Vayetse, "il est sorti", a toute notre Sidra, celle  de la naissance de la famille d'Israël?

Tout d'abord ,pourquoi est-ce que Jacob sort?

A priori, deux raisons sont données dans le texte:

La première, c'est qu'il se sauve de Essav, son frère jumeau. Il lui a volé les bénédictions et Essav a juré de le tuer des que leur père Isaac mourra.

La seconde raison est que ses parents lui ordonnent d'aller se marier, en faisant comme tout le monde dans la  famille d'Abraham, c'est a dire aller dans la famille ancestrale de Terah, pour y trouver femme.(document 3)

Il ya donc deux raisons: se marier et se sauver. Lorsqu'il y a deux raisons a un même acte, surtout fait dans l'urgence, c'est qu'il doit y avoir un rapport entre ces deux raisons! Mais alors lequel?

Pour  répondre, je voudrais revenir sur la personnalité de Jacob telle que le texte nous la décrit.

ויעקב איש תם יושב אוהלים (document 4)

Jacob, contrairement a son frère, est un homme simple, calme, préférant rester dans sa tente. ou plutôt dans les tentes. Comme le dit le midrash, Jacob faisait le lien entre la tente de son grand père, Abraham, qui enseignait la miséricorde, et la tente d'Isaac, son père, qui prônait' lui, la rigueur . En fait, Jacob est un peu , un intellectuel. Il étudie. Il a déjà fort a faire car il doit faire la synthèse entre les philosophies très différentes de son père et celle de son grand père. Il doit trouver la voie entre la rigueur et l'a miséricorde.

Seulement il ya un problème: il ne peut développer son étude, le travail de sens, pour lequel il aspire, que si les conditions matérielles le lui permettent. Il faut que son frère ainé, Essav, s'occupe, lui, de tout le cote matériel. Ou comme l'explique le grand rabbin Giles Bernheim, l'ainé, Essav doit ouvrir l'espace, pour que le second, Jacob, puisse y travailler le sens. Jacob dépend donc de Essav. Il tient son talon a la naissance. Il dépend de son frère. Mais Essav n'est pas intéressé par tout cela. Il refuse la lourde responsabilité de l'ainesse. Il veut bien prendre les bénédictions attribuées a l'ainé, mais il refuse les responsabilités qui vont avec.

Jacob a alors un gros problème!

C'est Rivka, sa mère, qui diagnostique très vite ce problème. Elle oblige Jacob a voler les bénédictions. C'est a dire, a prendre sur lui les deux fonctions: celle de l'ainé et celle du second fils. Et voila que Jacob se retrouve projeté vers une direction très différente de celle qu'il rêvait de vivre. Au lieu de rester tranquillement dans ces tentes a étudier, voila qu'il doit sortir! Sortir, c'est tout le contraire de Jacob! Et pourtant,  Jacob devra prendre sur lui, a la foi sa fonction et celle de son frère. Il doit apprendre a relier des mondes très différents. Il pensait , peut être,  s'en sortir en faisant la synthèse intellectuelle entre les contraires, hé bien le voila obligé de relier dans sa propre vie, en travaillant dur chez Laban, en épousant, comme on va le voire tout a l'heure, 4 femmes, avoir 12 enfants, être déchiré  par les contingences de la vraie vie, celle des paradoxes, des compromis, celle des imperfections, celle de la douleur de refuser de s'enfermer dans l'illusion d'une voie toute tracée.

Jacob' vers la fin de sa vie confessera a Pharaon, en Egypte, que sa vie a été une succession d'épreuves et de malheurs.(document 5)

מעט ורעים היו שני חיי מגורי

Et pourtant, Jacob accepte cette lourde tache. Celle  de relier l'intellect et le matériel, relier  le ciel et la terre, comme l'échelle, dans son rêve.

En fait' avant de devenir le père fondateur du peuple du livre, Jacob apprend a être un bon relieur! Il apprend a relier les mondes différents, voir opposés, afin de  découvrir, que derrière toutes ses manifestations contradictoires, le monde  est en fait  dirigé , en coulisse, par l'unité.

Pour répondre donc a notre première question, il semble que notre Sidra reprenne et insiste sur la sortie de Jacob ,parce que cela sera une des composante du peuple qui va naitre: être le témoin vivant d'une unité qui se cache derrière tous les contraires. vivre les paradoxes de la vie. Pour cela il faudra apprendre a sortir. sortir du confort intérieur vers l'autre, vers un monde différent, et donc hostile. Sortir pour se mesurer au monde tel qu'il est.

Une autre Sidra porte un nom similaire a la notre: la Sidra de " Ki Tetsé" lorsque  tu sortiras. La sortie a la guerre. Pleine de conséquences  inattendues mais auxquels la Thorah nous apprends a faire face .

La question n'est donc pas pourquoi sortir. puisqu'on y est obligé. Mais, comment appréhender  les  conséquences de cette sortie pour en tirer le meilleur. La première sortie, et probablement la plus traumatisante est la naissance. He bien, c'est précisément de la naissance de la famille d'Israël qu'il s'agit dans notre Sidra.

3 les tribus

Le second point que je voudrais étudier , c'est la question de l'unité du peuple d'Israël. Un midrash  très connu, raconte que lorsque Jacob s'endort, avant de rêver de l'échelle ,il place12 pierres autour de sa tête, pour se protéger. Mais au levé, le texte raconte qu'il prit "LA" pierre. comme si les douze pierres s'étaient miraculeusement fondues en une seule. L'allusion est claire: Jacob aura 12 fils qui formeront un seul peuple.

Mais voila, si l'unité de tous ces fils est si importante, pourquoi en faire autant! on aime bien les familles nombreuses mais ca risque de compliquer l'unité entre eux! bref ,pourquoi 12 enfants?

De plus, imaginons que l'unité soit réalisée, pourquoi continuer a parler de 12 tribus? Pourquoi leur donner a chacune une place différente dans le campement, par exemple, durant la traversée du désert? pourquoi avoir 12 drapeaux? pourquoi partager le terre de Canaan en douze parcelles et obliger chaque tribu a habiter son propre territoire? bref' pourquoi cultiver cette partition tout au long de l'histoire? Maimonide nous dira même qu'une des fonctions du messie, a la fin des temps, sera de reconstituer les tribus!!

Drôle de façon de faire l'unité d'un peuple!

Jacob va se marier, on l'a dit, avec 4 femmes. Rachel est la bien aimée, soit. Mais Leah était, nous raconte le midrash, prédestinée a être la femme de Essav! Jacob l'épouse, puisqu'il a pris sur lui la fonction de son frère. il se retrouve donc avec deux femmes. certes sœurs, mais qui ont des vertus différentes. qui sont aimées de façon différente !Les deux autres femmes sont les servantes des deux premières .Nous voila avec un problème supplémentaire:  entre les  fils des patronnes et les fils des servantes, vont forcement naitre des conflits de classe!

en fait, voici la solution a cette énigme: ces 4 femmes, sont  comme les 4 points cardinaux.les  12 enfants, représentent, en fait toutes les manières d'être homme! ils deviendront d'ailleurs 70 a l'entrée en Egypte. 70 comme l'ensemble de toutes les nations de la terre.  Chaque enfant porte un nom. Le texte , dans notre Sidra, va décliner chaque nom en une phrase qui définira la particularité de sa manière d'être. En fait c'est la naissance de véritables tribus, avec, chacune, son caractère, sa manière d'appréhender Dieu, le monde. Chacun aura pour mission de développer sa particularité! il n'est donc jamais question d'uniformité. Au contraire. Il faut représenter toutes les manières d'être.

Cette famille, ce peuple d'Israël, aura donc pour principale fonction, de représenter, en son sein même, toutes les manières d'être homme. De plus, et ca n'est pas la chose la plus facile, il faudra vivre ensemble se sentir faire partie d'un même corps, ou  sur une même terre. Subir les mêmes persécutions, les mêmes victoires, les mêmes joies, l'amour de l'autre, comme dans une famille! vivre ensemble. Créer l'unité dans cette pluralité extrême.

L'unité, prend semble t-il, toute sa valeur, lorsqu'elle est appréhender a travers la pluralité et la diversité la plus totale.

4 conclusions

Sortir en exile, pour avoir douze enfants, c'est peut être aller puiser dans l'universel toutes les manières d'être . Mais une autre difficulté se présentera a Jacob, vers la fin de notre Sidra: la difficulté  de quitter Laban. quitter l'exil pour encore une fois sortir. Sortir du petit confort créé  même en exil, chez l'ennemi Laban. Sortir, mais pour cette fois remplir le second volet de la mission d'Israël: celui de revenir sur sa terre pour réaliser l'unité avec tous ces enfants si différents.

lorsque dans l'histoire, cette leçon d'unité dans la pluralité sera oubliée, il faudra  reprendre le chemin de l'exil, pour reformer des tribus. Des juifs polonais, très polonais. Et des juifs français, très français, Des juifs marocains, très marocains, pour ensuite revenir sur une même terre et vivre cette pluralité dans une certaine unité.  En ce sens peu être, le judaïsme est universel. il est l'Universel même. Mais un universel qui refuse l'uniformité, et prône, au contraire, l'unité dans le pluralisme.

MERCI.

documents:

1: ci jointe' une petite carte realisee par moi meme(pas de droit d'auteur!) et inclue deja dans le cours de l'enregistrement avec son commentaire. photographiee aussi par le video-man

2: berechit chap 27 versets 5 a 7- fin de sidra précédente, toledot

3: petit chema interactif commentee dans la video sur la famille de terah. ci joint.

4:berechit chap 25 verset 27

5:berechit chap 47 verset 9

להשאיר תגובה

הזינו את פרטיכם בטופס, או לחצו על אחד מהאייקונים כדי להשתמש בחשבון קיים:

הלוגו של WordPress.com

אתה מגיב באמצעות חשבון WordPress.com שלך. לצאת מהמערכת /  לשנות )

תמונת גוגל

אתה מגיב באמצעות חשבון Google שלך. לצאת מהמערכת /  לשנות )

תמונת Twitter

אתה מגיב באמצעות חשבון Twitter שלך. לצאת מהמערכת /  לשנות )

תמונת Facebook

אתה מגיב באמצעות חשבון Facebook שלך. לצאת מהמערכת /  לשנות )

מתחבר ל-%s

אתר זו עושה שימוש ב-Akismet כדי לסנן תגובות זבל. פרטים נוספים אודות איך המידע מהתגובה שלך יעובד.