CHEMINI

Un résumé de la Sidra Chemini

Par  Dr Michel Bensoussan

Après sept jours de préparations intensives, le huitième jour (Chemini) Moshé inaugure enfin le Michkan. Ce huitième jour est en fait l'aboutissement d'un très long processus. Celui, bien sûr, des sept jours le précédant, mais aussi celui de la construction du Michkan qui a duré prés de six mois. Plus encore, c'est aussi la préfiguration de l'aboutissement de… la création du monde qui s'est déroulée durant sept jours !! Ce huitième jour est donc très particulier. Il s'y passe énormément d'événements. C'est le premier jour d'une nouvelle ère, celle de la présence visible de Dieu au milieu du peuple. C'est le premier jour des sacrifices dans le Michkan, avec le feu céleste qui descend sur l'autel. Mais c'est aussi le jour de la mort de deux des enfants d'Aharon, qui entrent dans le sanctuaire avec trop d'enthousiasme. C'est enfin le jour pendant lequel Moshé reçoit de Dieu une très grande partie des parashot de la Torah. Ce huitième jour est le premier Nissan (premier mois de l'année thoraïque).

Première montée : Ce huitième jour, pour se préparer à l'apparition de Dieu dans le Michkan, Aharon le grand Cohen, et tout le peuple doivent amener des sacrifices d'expiation comme s'il fallait prévenir une extase mal placée.

Seconde montée : Après avoir accompli tout les rituels sacrificatoires, Aharon lève ses mains et bénit le peuple présent devant le Michkan. La présence divine apparaît à tout le peuple.

Troisième montée : Un feu descend du Ciel et consume les sacrifices sur l'autel. Le peuple se prosterne devant ce miracle émouvant. Nadav et Avihou, portés par l'exaltation de l'événement, entrent dans le Saint des Saints avec de l'encens. Ils sont brûlés eux-mêmes par un feu, lui aussi  descendu du Ciel !! Dieu ordonne alors des règles précises aux Cohanim pour ne pas que ce genre de conduite exaltée ne se reproduise.

Quatrième et cinquième montées : Moshé demande aux Cohanim de consommer les parties des sacrifices qui leur sont attribuées, dans des conditions et des lieux de pureté. Les Cohanim sont en effet désemparés : le Michkan, le « Saint » en général, qui semblait être un lieu de rencontre avec Dieu, se révèle non moins dangereux ! Il faut donc définir le cadre précis où la sainteté peut et doit se vivre afin que la consommation ne se transforme en consumation !

Sixième montée : C'est à présent tout le peuple d'Israël qui doit respecter des règles de consommation pure. Les règles de la cacherout sont détaillées : les animaux purs sont ceux ayant à la fois les sabots fendus et qui ruminent. Les poissons doivent avoir des écailles et des nageoires. Une liste de volatiles interdits est détaillée. Les volatiles marchant aussi à quatre pattes sont interdits à moins qu'ils aient des articulations qui leur permettent de sauter (d'une situation à l'autre, sans se laisser coincer dans une conception !).

Septième montée : Les animaux impurs, morts, peuvent transmettre l'impureté aux hommes mais aussi à certains ustensiles. Un récipient en argile rendu impur doit être détruit. L'eau est « conductrice » d'impureté. Mais l'eau pourra, à l'inverse, purifier par immersion d'autres objets rendus impurs ! Il faudra attendre alors la tombée de la nuit pour que la personne ou l'objet soient déclarés purs. Tous les reptiles sont aussi impurs à la consommation.

Sidra Chemini – Shabbat Parah

Par Michel Bensoussan

Un résumé

Après sept jours de préparations intensives, le huitième jour (Chemini) Moshé inaugure enfin le Michkan. Ce jour est très particulier. Il s'y passe énormément d'événements. C'est le premier jour d'une nouvelle ère, celle de la présence visible de Dieu au milieu du peuple. C'est le premier jour des sacrifices dans le Michkan, avec le feu céleste qui descend sur l'autel. C'est aussi le jour de la mort de deux des enfants d'Aaron, qui entrent dans le sanctuaire avec trop d'enthousiasme. C'est enfin le jour pendant lequel Moshé reçoit de Dieu une très grande partie des Parachot de la Torah.

Les deux dernières montées à la Torah détaillent les règles de la cacherout. On y trouve la liste des animaux, des volailles et des poissons permis. Il y a aussi les lois de pureté et d'impureté découlant du contact avec les animaux interdits ou morts et la manière de cachériser les ustensiles impurs.

Ce Shabbat, nous sortons un second Sefer Torah pour y lire le passage de « Parah » – la vache rousse. Ses cendres sont un élément essentiel du processus de purification. Étant donné la proximité de la fête de Pessah et le devoir de sacrifier l'agneau pascal au Temple, en état de pureté, la lecture de ces lois est faite devant tout le peuple ce Shabbat, un mois avant Pessah.

 

À propos du titre

Ce huitième jour est le premier du mois de Nissan, une année après la sortie d'Égypte. Il est appelé « huitième » parce qu'il a été précédé de sept jours de préparatifs. Mais il est aussi le symbole du huitième jour de la création du monde. Créé en sept jours, on trouve là, la préfiguration de ce que sera le huitième ! À l'intérieur du Michkan et du Temple de Jérusalem, nous vivons quasiment le monde « à venir », le monde du huit ! On y allume le feu Shabbat ! Le Shabbat faisant partie du monde présent, le monde du sept, perd ses interdits dans cette enceinte, espace extratemporel du monde du huit. Et pourtant, cela ne doit pas nous faire « perdre la tête » par un enthousiasme exagéré qui peut brûler et donc tuer, comme ce qui arriva aux fils d'Aaron.

להשאיר תגובה

הזינו את פרטיכם בטופס, או לחצו על אחד מהאייקונים כדי להשתמש בחשבון קיים:

הלוגו של WordPress.com

אתה מגיב באמצעות חשבון WordPress.com שלך. לצאת מהמערכת /  לשנות )

תמונת גוגל

אתה מגיב באמצעות חשבון Google שלך. לצאת מהמערכת /  לשנות )

תמונת Twitter

אתה מגיב באמצעות חשבון Twitter שלך. לצאת מהמערכת /  לשנות )

תמונת Facebook

אתה מגיב באמצעות חשבון Facebook שלך. לצאת מהמערכת /  לשנות )

מתחבר ל-%s

אתר זו עושה שימוש ב-Akismet כדי לסנן תגובות זבל. פרטים נוספים אודות איך המידע מהתגובה שלך יעובד.